4 réponses à “Management bienveillant (complet)”

  1. Salut Ga,
    Je viens à l’instant de tester le télé-management (je viens d’être télé-managé). C’est beaucoup plus rudimentaire que les logiciels de surveillance que tu as imaginés (tu les as imaginés, n’est-ce pas ?…). En gros, ma chef, qui pour des raisons sanitaires ne reviendra pas travailler avant longtemps, vient – 1 : de m’annoncer par mail que le travail effectué par moi depuis le début de l’année continu d’être inutile pour cause d’annulation des évènements ; – 2 : de me demander : “sur quoi tu travailles en ce moment ?” sachant qu’il est assez évident qu’il n’y a plus rien à faire. Alors, alors, qu’ai-je fait ? J’ai testé la transparence : je lui ai dit la vérité, à savoir que je lis Physique quantique et représentation du monde de E. Schrodinger. Et je jure que c’est du travail ; pour preuve le fait qu’il est au moins aussi inutile que celui évoqué précédemment.

    1. Oui, à mon sens la lecture de Schrödinger (j’ignorais qu’il avait écrit et, à vrai dire, je ne connais guère que la version pop culture de son histoire de chat) est du travail et du travail loin d’être inutile. Mieux : il est schrödingeriennement parlant absolument nécessaire puisqu’il est à la fois fait (tu as effectué le travail) et non fait (puisqu’il est vide de contenu actuel). C’est donc absolument brillant et ça mérite une augmentation. Que tu auras mais surtout n’auras pas.
      Pour les logiciel je crois que s’ils existent pas encore complètement, ils vont exister. Je crois que le télétravail c’est l’avenir (pour de mauvaises raisons) et l’avenir ne me rend pas plus optimiste que ça.
      Et je doute que ça t’ait échappé mais je n’ai pas choisi les noms de trois logiciels au hasard.
      Panoptikon
      Supermax
      Stasi

      1. Bravo pour ton concept d’augmentation quantique ! Une variation du chat de Schrödinger : un fonctionnaire enfermé dans un bureau attend une augmentation probable de salaire par messagerie électronique. Tant que tu n’ouvres pas la porte pour vérifier, tu dois considérer que le fonctionnaire dans son bureau est à la fois augmenté et non-augmenté. Dans mon cas précis, ma chef travaillant désormais à distance, la porte de mon bureau ne s’ouvrira plus et je resterai dans un état superposé d’augmentation/non-augmentation.
        Note bien que la solution de ce paradoxe par l’hypothèse d’un univers parallèle fourni au patronat une merveilleuse idée de réponse aux revendications salariales : « Il existe un univers dans lequel je vous ai augmenté. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *